Qui veut la vie et désire voir des jours heureux 

(cf. Règle de Saint Benoît – Prologue 15)

 

Chaque mois vous est proposée la figure d’un saint ou d’une sainte,

évoquant sa vie  et sa spiritualité, à travers ses propres écrits.

Ceci afin de nourrir notre vie intérieure,

et vivre des jours plus heureux avec nos amis du Ciel.

Saint Joseph

Saint Joseph est le grand silencieux de l’Évangile, tout empreint de contemplation du mystère de Dieu dans une attitude de disponibilité totale aux volontés divines. « Laissons-nous « contaminer » par son silence ! Nous en avons tant besoin, dans un monde souvent trop bruyant, qui ne favorise pas le recueillement et l’écoute de la voix de Dieu » (cf. Benoît XVI).

En cette « Année Saint Joseph » décrétée par le pape François (Lettre apostolique Patris Corde, Avec un cœur de Père, donnée le 8 décembre 2020), à l’occasion du 150ème anniversaire de la proclamation de saint Joseph comme patron de l’Église universelle, rejoignons un céleste échantillon des dévots de l’époux de Marie et père de l’Enfant Jésus.

Il y avait des saints plus rapprochés de Notre Seigneur que les apôtres et les martyrs; mais comme si ceux-là avaient été perdus

dans le rayonnement de sa gloire…

pendant longtemps ils furent l’objet de moins d’attention….

Puis, à mesure que succédèrent des temps relativement calmes…

se levèrent dans le firmament de l’Église ces astres lumineux, plus importants, plus augustes que tout ce qui les avait précédés, et qui se levaient tard précisément parce qu’ils rayonnaient d’une splendeur particulière…

Saint Joseph en est l’exemple le plus frappant…

Proclamé saint par l’Évangile, père nourricier de Notre Seigneur,

il fut dès le commencement un objet de foi absolue et universelle

pour le monde chrétien;

et cependant la dévotion envers lui est relativement récente.

Quand elle commença, les hommes s’étonnèrent qu’on n’y eût pas songé plus tôt.

(Saint John-Henry Newman)

Saint Joseph, sommet et lumière des patriarches, priez pour nous 

+ Dieu voulant donner un époux à la Mère de son Fils unique chercha longtemps parmi tous ces vénérables patriarches de l’antiquité pour en trouver un qui fût digne de porter cet auguste titre ; il considéra la foi inébranlable d’Abraham, la pureté d’âme d’Isaac, la patience infatigable de Jacob, la sainteté et la douceur de David, mais il ne trouva que Joseph seul qui attira ses regards et qui lui parut digne d’une qualité aussi éminente. (saint Jean Chrysostome)

+ Oh ! Quel saint est le glorieux saint Joseph ! Il n’est pas seulement patriarche, mais le coryphée de tous les patriarches ; il n’est pas seulement le confesseur, mais plus que confesseur : car dans sa confession sont encloses les dignités des évêques, la générosité des martyrs et de tous les autres saints. C’est donc à juste raison qu’il est comparé au palmier, le roi des arbres. (saint François de Sales)

Saint Joseph qui avez été choisi entre tous pour être l’époux de la mère de Dieu, la sainte Vierge, priez pour nous
+ N’y eût-il pas de raison de publier les louanges de saint Joseph, on le devrait faire par le seul désir de plaire à Marie. On ne peut douter qu’elle ne prenne beaucoup de part aux honneurs qu’on rend à ce saint et qu’elle-même ne sente qu’ils rejaillissent sur elle. (saint Claude de La Colombière)

+ La plus belle prérogative de Joseph, comme époux de Marie, c’est qu’à ce titre, il est considéré et honoré comme le chef de cette sainte Famille. (saint Léonard de Port-Maurice)

Saint Joseph, très chaste gardien de la vierge, priez pour nous

+ Considérant que la ressemblance est l’âme des unions bien assorties, on conclut qu’il était nécessaire que saint Joseph fût comme Marie, sa fidèle épouse, très pur en chasteté, très profond en humilité, très élevé en contemplation, très ardent en charité. (saint Bernard)

Saint Joseph, qui avez été appelé père de Jésus-christ, priez pour nous 

+ Le Seigneur donna à Joseph l’amour, la vigilance et l’autorité de père envers Jésus. Il lui donna l’affection d’un père, afin qu’il le gardât avec amour ; la sollicitude de père, afin qu’il l’assistât dans tous ses besoins ; l’autorité de père, afin qu’il fût obéi en tout ce qu’il commanderait à Jésus-Christ. En cette qualité, Joseph est reconnu comme le chef de la Sainte Famille. (saint Jean Damascène)

+ Saint Joseph seul a la gloire de partager avec Dieu le titre de père de Jésus-Christ. (saint Basile)

+  Le Père éternel, ayant choisi saint Joseph pour en faire l’image de sa paternité, a pris en lui un esprit de compassion et de tendresse pour les misères des hommes, et s’est fait en lui le Père des miséricordes. (M. Olier)

+ Dieu le Père qui nous aime du même amour dont il aime ce Fils unique, nous donne à puiser, à goûter, à savourer dans saint Joseph la grâce et l’amour dont il aime ce même Fils. (M. Olier)

+ Ce grand saint conduisait et dirigeait l’Enfant Jésus dans l’esprit de son Père, sa douceur, sa sagesse, sa prudence : ainsi en devons-nous faire [nous les prêtres] de tous les membres de Jésus-Christ qui nous sont confiés et qui sont d’autres Christ, en sorte que nous devons les traiter avec la même révérence que saint Joseph traitait l’Enfant Jésus. (M. Olier)

Saint Joseph, entre les bras et sur le sein duquel Jésus-Christ s’est reposé comme sur un trône, priez pour nous

+ O grand saint Joseph, époux très-aimé de la Mère du Bien-Aimé, combien de fois avez-vous porté l’Amour du ciel et de la terre entre vos bras, tandis qu’embrasé des doux embrassements et des baisers de ce divin Enfant, votre âme fondait d’aise, lorsqu’il prononçait si tendrement à vos oreilles (O Dieu, quelle suavité !) que vous étiez son grand ami et son père bien-aimé ?  (saint François de Sales)

+ Content du précieux trésor que saint Joseph possède, il met tout son bonheur et toute sa gloire à souffrir pour Jésus, avec Jésus et sous les yeux de Jésus. (saint Bernardin de Sienne)

+ Mon saint Patriarche, je vous prie, au nom des peines que vous avez éprouvées lorsque vous avez vu le Verbe divin né dans une étable, en un tel état de pauvreté, sans feu, sans linge, et lorsque vous l’avez entendu pleurer par la souffrance que lui causait la rigueur du froid ; je vous prie, dis-je, de m’obtenir une vraie douleur de mes péchés, par lesquels j’ai été cause des larmes qu’a versées Jésus.

Mais, au nom de la consolation que vous avez éprouvée lorsque, pour la première fois vous avez vu Jésus enfant, né dans une crèche, si beau, si gracieux, en sorte que dès cet instant votre cœur commença de brûler d’un plus ardent amour envers cet aimable et bien-aimé enfant, obtenez-moi la grâce de l’aimer moi aussi d’un grand amour sur la terre, pour être admis un jour à le posséder dans le ciel. (saint Alphonse Marie de Liguori)

 

 

Saint Joseph, ami de la pauvreté, priez pour nous 

 + Dieu veut que Joseph soit toujours pauvre, ce qui est une des plus rudes épreuves qu’il puisse nous envoyer, et il s’y soumet non pas pour un temps, car ce fut toute sa vie ; mais de quelle pauvreté ! D’une pauvreté méprisée, rejetée et nécessiteuse. (…) Chacun tenait ce grand saint pour un pauvre charpentier qui ne pouvait pas tant faire qu’il lui manquât plusieurs choses nécessaires, quoiqu’il se fatiguât avec une affection non pareille pour l’entretien de toute sa petite famille, après quoi il se soumettait très humblement à la volonté de Dieu en la continuation de sa pauvreté et de son abjection, sans se laisser aucunement vaincre par l’ennui intérieur qui lui faisait sans doute maintes attaques.  (saint François de Sales)

+ Joseph, votre admirable vie, s’est passée dans la pauvreté ;

Mais, de Jésus et de Marie, vous contempliez la beauté. (sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face)

+ Saint Joseph, à votre lumière, puissions-nous apprécier tout ce qui est humble, simple, caché, et ce qui se fait sans bruit et sans que cela se voie, mais avec des résultats décisifs dans les profondeurs insondables du cœur. (cf. saint Jean Paul II)

 

 

Saint Joseph, très obéissant, priez pour nous 

+ Oh combien est admirable cette parfaite obéissance de Joseph ! Voyez comme il a été dans toutes occasions toujours parfaitement soumis à la divine volonté. Voyez comme l’ange le tourne de toutes mains : il lui dit qu’il faut aller en Égypte, il y a va ; il commande qu’il revienne, il s’en revient ; Dieu veut qu’il soit toujours pauvre, il s’y soumet volontairement. (saint François de Sales)

+ C’est ainsi qu’à l’exemple de Joseph, celui qui est parfaitement obéissant accomplit fidèlement la volonté de son supérieur, aussitôt qu’il la connaît, sans attendre au lendemain… (saint Bernard)

Saint Joseph jouissant d’une manière toute particulière de la gloire du ciel, priez pour nous
+ Dieu a réuni dans Joseph, comme dans le soleil, tout ce que les autres saints ont ensemble de lumière et de splendeur In Joseph omnium sanctorum lumina collocavit. (saint Grégoire de Nazianze)

+ Le glorieux saint Joseph, je le sais par expérience, étend son pouvoir à tous nos besoins. Notre Seigneur veut nous faire comprendre que, s’il a été soumis sur la terre à celui qu’il appelait son père, parce que c’était son gouverneur qui pouvait lui commander, il défère également au ciel, à toutes ses suppliques. Et c’est ce qu’ont vu comme moi par expérience, d’autres personnes auxquelles j’avais conseillé de se recommander à cet incomparable protecteur. A l’heure actuelle, elles sont nombreuses les âmes qui l’honorent et constatent de nouveau la vérité de ce que j’avance. Il m’a toujours exaucée au-delà de mes prières et de mes espérances… (sainte Thérèse de Jésus)

 

 

Saint Joseph, chef de la sainte famille ; protecteur et patron de la sainte église, priez pour nous

+ Joseph était le gardien, le gérant et le défenseur légitime et naturel de la maison divine dont il était le chef… Or, la divine maison que Joseph gouverna comme avec l’autorité du père contenait les prémices de l’Église naissante… Telles sont les raisons pour lesquelles ce bienheureux Patriarche regarde comme lui étant particulièrement confiée la multitude des chrétiens qui compose l’Église. (Léon XIII)

Saint joseph, adorateur de Jésus-Christ, priez pour nous

+ Saint Joseph, après la Très Sainte Vierge, a été le premier et le plus parfait adorateur de Notre-Seigneur.

Il l’adorait avec une vertu de foi plus grande que celle de tous les saints ;

Il l’adorait avec une humilité plus profonde que celle de tous les élus ;

II l’adorait avec une pureté plus pure que celle des anges ;
Il l’adorait avec un amour qu’aucune autre créature, angélique ou humaine, n’eut et ne put avoir pour Jésus ;

Il l’adorait avec un dévouement aussi grand que son amour.

(…)

Saint Joseph adorait le Verbe incarné en union avec sa divine Mère, en union avec toutes les pensées, les actes d’adoration, d’amour, de louanges de Jésus pour son Père et de charité envers les hommes pour lesquels Il s’était incarné.

(…)

Saint Joseph adorait, intérieurement du moins, tout ce que Jésus disait et pensait. Le Saint-Esprit le lui manifestait, afin qu’il pût s’y unir, et glorifier le Père céleste en union avec son divin Fils notre Sauveur.

De sorte que la vie de saint Joseph fut une vie d’adoration de Jésus, mais d’adoration parfaite. (saint Pierre Julien Eymard)

Saint Joseph, maître de la vie intérieure et très sublime contemplatif, priez pour nous

+ Saint Joseph est vraiment père et seigneur. Il protège et accompagne dans leur chemin sur terre ceux qui le vénèrent, comme il a protégé et accompagné Jésus enfant et adolescent. En le connaissant mieux, on découvre que le saint patriarche est aussi maître de la vie intérieure, car il nous apprend à connaître Jésus, à vivre avec Lui, et nous fait découvrir que nous appartenons à la famille de Dieu. Tout cela, saint Joseph nous l’apprend en étant un homme ordinaire comme il le fut, un père de famille, un travailleur qui gagnait sa vie à la sueur de son front. (saint José Maria Escriva de B.)

+ Les âmes d’oraison, en particulier, lui doivent un culte tout filial. Je ne sais d’ailleurs comment on pourrait penser à la Reine des Anges et à toutes les souffrances qu’elle a endurées en compagnie de l’Enfant Jésus, sans remercier saint Joseph de les avoir si bien aidés alors, l’un et l’autre. Que celui qui n’a pas de maître pour lui enseigner l’oraison prenne ce glorieux saint pour guide, et il ne risquera pas de s’égarer…. (sainte Thérèse de Jésus)

+ C’est un saint caché que Dieu a voulu tenir secret pendant sa vie, et dont il s’est réservé à lui seul les occupations intérieures sans les partager aux soins extérieurs de l’Église, un saint que Dieu a manifesté au fond des cœurs, et dont il a lui-même imprimé la vénération dans l’intérieur des âmes. (M. Olier)

Saint Joseph, très courageux, priez pour nous

+ La forte personnalité humaine de Joseph se détache des récits évangéliques : il n’apparaît jamais comme un homme timide ou craintif devant la vie ; il sait au contraire faire face aux problèmes, sortir des situations difficiles et assumer avec responsabilité et initiative les taches qui lui sont confiées. (saint José Maria Escriva de B.)

Saint Joseph qui avez porté comme un Ange les ordres de Dieu, priez pour nous

+ Vivre de la foi ! Saint Joseph a accompli  pleinement ces mots, qui furent si souvent par la suite thème de méditation pour l’apôtre Paul. Il accomplit la volonté de Dieu sans routine ni formalisme, avec spontanéité et profondeur. La loi qu’observait tout juif pratiquant ne fut pas seulement pour lui un code ou un froid recueil de préceptes, mais l’expression de la volonté du Dieu vivant. Aussi sut-il reconnaître la voix du Seigneur quand elle se manifesta à lui de façon surprenante et inattendue. (saint José Maria Escriva de B.)

Saint Joseph, terreur des démons, priez pour nous

+ Du haut du ciel assistez-nous dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres ; et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Église de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez chacun de nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. (Léon XIII)

Saint joseph, patron des mourants et de la bonne mort, priez pour nous

+ Saint Joseph est surtout et à juste titre honoré comme le très fidèle assistant des mourants, lui qui mourut entre les bras de Jésus et Marie. (Benoît XV)

+ Un Saint qui avait tant aimé en sa vie ne pouvait mourir que d’amour, car son âme ne pouvant à souhait aimer son cher Jésus entre les distractions de cette terre, et ayant achevé le service qui était requis au bas âge de celui-ci, que restait-il, sinon qu’il dît au Père Éternel: Ô Père, j’ai accompli l’œuvre que vous m’aviez donnée en charge. Et puis au Fils: mon enfant, comme votre Père céleste remit votre corps entre mes mains, au jour de votre venue en ce monde, ainsi, en ce jour de mon départ de ce monde, je remets mon esprit entre les vôtres. Telle, comme je le pense, fut la mort de ce grand patriarche, mort la plus noble de toutes, et due par conséquent à la plus noble vie qui fut oncques entre les créatures, mort de laquelle les anges eux-mêmes désireraient mourir, s’ils étaient capables de mort. (saint François de Sales)

+ Ah ! Joseph ! si vous ne lâchez pas la main de celui qui est la vie, vous ne pouvez mourir. Oh! qu’il est doux de mourir en tenant la main de Jésus !…  Jésus lève la main, il bénit et embrasse son bien-aimé père, et Joseph expire au milieu des baisers et des embrassements de Jésus… (saint Léonard de Port-Maurice)

 

 

« Priez Saint Joseph. Il ne vous laissera jamais en chemin. »
« Allez prier devant la statue de Saint Joseph; dites-lui :

Saint Joseph, priez pour moi,

comme vous auriez prié si vous étiez vous-même

sur la terre à ma place…»
(saint frère André Bessette)