Qui veut la vie et désire voir des jours heureux 

(cf. Règle de Saint Benoît – Prologue 15)

 

Chaque mois vous est proposée la figure d’un saint ou d’une sainte,

évoquant sa vie  et sa spiritualité, à travers ses propres écrits.

Ceci afin de nourrir notre vie intérieure,

et vivre des jours plus heureux avec nos amis du Ciel.

Bienheureux Marie Joseph Cassant, ocso

 

 

 

« Une âme très douce, très profonde qui cherchait Dieu »

(Père André Malet, maître des novices parlant du bienheureux)

Enfant du Lot-et-Garonne où ses parents profondément chrétiens ont une exploitation agricole, né le 6 mars 1878, Joseph Cassant (le second de la fratrie après Émile), exprime précocement le désir du sacerdoce. Ses fragilités et insuffisances intellectuelles (difficultés de mémorisation) le tourneront finalement vers une vocation monastique. A 16 ans, il entre chez les trappistes de Sainte-Marie-du-Désert près de Toulouse. Là, dans une joie constante jaillissant de son intimité avec le Cœur de Jésus, il embrasse la Règle de saint Benoît en cherchant à tout faire pour aimer Jésus et s’attacher à Lui seul. Introverti, affectueux, délicat et sensible, le ‘revers’ des anxiétés récurrentes et d’une tendance dépressive façonneront sa vie dans la simplicité humble et confiante d’une âme d’enfant. Par sa persévérance, il vaincra ses présupposées inaptitudes spéculatives et recevra le sacrement de l’ordre le 12 octobre 1902. Sa fragile santé (le cœur malade, puis la tuberculose pulmonaire) lui fera prononcer, à 25 ans, son consummatum est le 17 juin 1903, mois du Sacré Cœur et octave du Saint Sacrement. Avant l’inhumation, selon son désir, on glisse la Règle de Saint Benoît dans la manche de sa coule. Sa spiritualité mariale est celle du Sacré Cœur de Jésus et de l’Eucharistie.

« Le Frère Joseph-Marie a toujours mis sa confiance en Dieu, dans la contemplation du mystère de la Passion et dans l’union avec le Christ présent dans l’Eucharistie. Il s’imprégnait ainsi de l’amour de Dieu, s’abandonnant à Lui, « le seul bonheur de la terre », et se détachant des biens du monde dans le silence de la Trappe. Au milieu des épreuves, les yeux fixés sur le Christ, il offrait ses souffrances pour le Seigneur et pour l’Eglise. Puissent nos contemporains, notamment les contemplatifs et les malades, découvrir à son exemple le mystère de la prière, qui élève le monde à Dieu et qui donne la force dans les épreuves ! » (extrait de l’homélie pour la béatification par le pape Jean Paul II en 2004).

 

Il est fêté le 17 juin

 

Son « règlement pour les dimanches et fêtes » 

Chemin de croix pour obtenir l’amour de Jésus crucifié..

Chapelet pour que la Sainte Vierge m’obtienne la grâce d’aimer de plus en plus Jésus…

Souvenez-vous au Sacré Cœur pour obtenir la paix intérieure

Litanies de saint Joseph pour résister à toutes les tentations et penser à Dieu souvent et pour arriver à comprendre les psaumes.

Retraite de prise d’habit

Me donner entièrement à Dieu, ne faire que sa volonté ; marcher toujours en sa présence ; être toujours prêt à pratiquer l’humilité de toute sorte ; tout faire pour la plus grande gloire de Dieu ; tout souffrir pour lui. Je marcherai toujours avec Jésus Christ.

 

Sacré Cœur de Jésus

. Mon Dieu, faites que je vous aime

O Jésus, accordez-moi de vous aimer.

Faites que je sois tout à vous.

Que j’entre vite dans votre Cœur pour en faire ma demeure.

. Venez à mon Cœur, dit Jésus, c’est un Cœur d’ami… Pour ce qui est d’y entrer, que devez-vous craindre, puisqu’il vous invite à y aller ? N’est-ce pas le trône de la Miséricorde où les misérables sont les mieux reçus.

. Que la croix du Cœur de Jésus… m’entraîne dans la voie du sacrifice.

. Vivre dans le Cœur de Jésus … Ne pas succomber au découragement… Ne pas craindre la mort… Obtenir la facilité pour les études surtout la force qui donne le courage de ne pas se laisser abattre par les difficultés… La force de résister à celui qui voudrait me décourager soit pour les études, soit pour la conscience… Emparez-vous de mon cœur, et à l’avenir faites-moi marcher par force dans la voie d’une union de plus en plus intime avec vous. [22.02.1902 ordination diaconale].

. Je remets tout entre les mains du Cœur de Jésus et j’ai confiance [pour passer les examens en vue du sacerdoce]

. Ô Cœur de Jésus […] que je reste stable dans votre Cœur, que la confiance en votre bonté domine toujours en moi : plus la vie s’en va, plus la mort approche, plus cette confiance doit être grande.

L’Eucharistie

. L’Eucharistie est le seul bonheur de la terre.

. Donnez-moi, mon divin Sauveur, un cœur semblable au vôtre, donnez-moi votre Cœur (pour célébrer la sainte Messe).

. Puisque Dieu descend du ciel pour se donner à moi, refuserai-je de faire un pas à sa rencontre ? Ô mon Jésus… vous voulez que je vous reçoive dans mon cœur, quelque pauvre qu’il soit, parce que vous savez qu’en vous recevant on reçoit la vie et que vous voulez me faire vivre. Merci, mon Dieu ; et vous, Marie, que vous êtes gracieuse de me donner votre Fils Jésus.

. Quand je ne pourrai plus dire la sainte messe, le Cœur de Jésus pourra me retirer de ce monde, car je n’aurai plus d’attache pour la terre.

Règle de saint Benoît, prologue 4 : Quelque bien que tu entreprennes, supplie le Seigneur, dans une prière très instante, de le conduire lui-même à bonne fin.

. Je ne veux Dieu que pour Dieu.

. O Jésus, brûlez mon cœur du désir de vous aimer.

. Embrasser la vie religieuse c’est prendre place sur un champ de bataille où le feu est ouvert. Il ne faut donc pas des âmes pusillanimes, des volontés indécises, irrésolues, des corps douillets, mais des âmes courageuses, des volontés fermes et invincibles, des corps prêts au sacrifice.

. Prenons la résolution de profiter du temps de la vie qu’on compare à un fluide qui s’écoule, à une fumée que le moindre souffle dissipe, à un éclair qui sillonne la nuée et disparaît, et cependant il faut que ce peu de temps soit bien employé. Pour arriver à bien employer tous nos moments, il faut tout faire par amour, en union avec le Cœur de Jésus, et repousser les préoccupations inutiles.

Règle de saint Benoît, prologue 1-2 : Accueille volontiers les avis d’un tendre Père et mets-les effectivement en pratique, afin de retourner, grâce au labeur de l’obéissance, à Celui dont tu t’étais détourné par la lâcheté de la désobéissance.

. J’obéirai avec promptitude, piété, liberté, simplicité, joie, courage, persévérance… parlant à mes supérieurs comme à Jésus lui-même qui me répond.

. Bien découvrir toutes mes imperfections et mes infirmités à mes supérieurs… J’obéirai avec joie à mes supérieurs, en considérant en eux Notre Seigneur Jésus Christ.

. Dans toute règle et toute chose, n’avoir que le but de plaire à Jésus… Savoir souffrir et mourir pour Jésus avant tout.

 

Règle de saint Benoît 7 : l’humilité

. Ne pas juger pourquoi Dieu a accordé plus de grâces à un autre.

. Ne jamais être orgueilleux ni jaloux, avec la grâce de Dieu.

. Supporter après avoir prié le Cœur de Jésus, mais ne jamais se décourager. [un profès diacre qui l’a pris en hostilité durant un an et demi de cours]

. Je prends résolution de m’abandonner à Jésus, et je penserai que, s’il ne me donne pas l’intelligence, c’est pour mon bien, afin de m’attacher à n’aimer que lui.

Règle de saint Benoît 5 : le premier degré d’humilité est l’obéissance (…) Sans délai, sans hésitation, ni lenteur, ni lâcheté.

. J’obéirai avec promptitude, piété, liberté, simplicité, joie, courage, persévérance… parlant à mes supérieurs comme à Jésus lui-même qui me répond.

. Il n’y a rien de si difficile dont on ne vienne à bout avec l’amour.

. Que chaque respiration soit un acte d’amour.

Règle de saint Benoît 72 : Ne préférer absolument rien au Christ ; aimer l’Abbé d’une charité humble et sincère, ne pas rechercher ce qu’on juge utile pour soi, mais plutôt ce qui l’est pour autrui, pratiquer entre moines une obéissance mutuelle.

. Je me rappellerai qu’après avoir tout quitté, il faut me quitter moi-même.

. Supporter avec joie pour Jésus.

. Il vaut mieux une prière courte et du fond du cœur, si on ne peut faire davantage.

Règle de saint Benoît, prologue 44 : Il faut courir et agir de manière utile pour notre éternité

. Il faut courir !

. Obtenir de mourir paisiblement ; et pour cela vivre de plus en plus uni au Cœur de Jésus, au point que je sois absorbé par son amour…

. J’accepte et je vous offre les souffrances, les humiliations, les croix par lesquelles il vous plaira de m’immoler. Je vous offre surtout mon agonie et ma mort.

. Ne laissez pas passer les occasions que Dieu vous donne pour gagner le ciel, lui offrant vos fatigues, vos sueurs, etc… et ainsi vous vivrez heureux en attendant que Dieu vous appelle pour vous donner la récompense de vos travaux.

. La croix est la base de toutes sortes de grâces. J’accepte tout, pour aimer Jésus seul, tous les jours qui me restent à vivre.

. Je suis content de souffrir parce que je suis encore plus uni à Jésus… je soulage les âmes du purgatoire. Je suis, heureux de souffrir pour Jésus et pour l’Église.

 

Notre Dame

. Ô Marie, obtenez-moi que je sois tout à Dieu, et Jésus tout à moi.

. Ô Marie, que mon sommeil soit ma mort, et que ma mort soit un sommeil paisible et d’amour dans le Cœur de Jésus.

Ne vivre que d’amour et par amour (au matin de son ordination)

Jésus m’appelle auprès de lui afin que je l’aime davantage

Tout pour Jésus